Inventer l'Assemblée sociale

Idées-débat:
La pensée du jardin pour en finir avec celle du grenier

La fabrique du XIXe siècle relookée XXe s’achève. La forme capitaliste française héritée du XIXe siècle finit. Et elle n’est pas la seule. La forme sociale également s’achève. La France est passée d’une société solide faite de corps puis de classes à une société fluide faite d’individus. La famille n’est plus une structure sociale définitive et hiérarchiséemais une association temporaire où chaque personne a des droits égaux sur l’ensemble. L’usine ne rassemble plus des travailleurs soumis aux mêmes conventions collectives mais les disperse dans le télétravail et les sépare au gré des contrats individualisés. La forme politique se termine pareillement. Le cadre étatique-national, le citoyen passif entre deux élections, l’absolutisme représentatif ne sont plus les principes assurant la légitimité du pouvoir.
Le régime représentatif est à bout de souffle. Et pour aller au-delà de ce régime il «suffit» de faire entrer les citoyens dans la sphère de production de la volonté générale, de reconnaître l’espace public non comme le simple lieu de réception des lois votées par les représentants mais comme un lieu où, par la délibération éclairée, se produisent les règles de la vie commune. Vaste programme aurait dit le général! Peut-être. Mais à la mesure, énorme, du chambardement des sociétés contemporaines. Tous les fondamentaux du modèle de l’État-nation s’écroulent et, dans ce moment historique, les hommes politiques bafouillent ou sont pris dans la pensée du grenier. À droite comme à gauche, certains proposent de faire redémarrer la fabrique du national en restaurant le franc, la blouse grise, l’État jacobin, l’ORTF, etc. D’autres naviguent à vue, bricolent la machine étatique et masquent par de grands discours sur les racines chrétiennes de la France une pratique opportuniste. Tous bafouillent alors qu’ils devraient inventer, imaginer, oser la pensée du jardin qui ouvre sur le temps présent. Où les demandes sont simples: droit de vivre dans un logement décent et un environnement propre; droit à une alimentation simple; droit daccès à des soins sûrs; droit à l’école; droit d’offrir aux enfants quelques jours de vacances; droit de se promener tranquillement, de raconter des histoires, de rencontrer des amis, de faire la fête. Or, ces droits font défaut aux «petites gens», à tous ces travailleurs précaires, pauvres, intérimaires, chômeurs, ces délocalisés, érémistes, mais aussi ces employés, étudiants en galère, artisans, infirmières. Car ils ne sont pas visibles. Là est le problème politique. Tant que la bourgeoisie a été invisible, elle a été sans droits. Tant que les gens de peu resteront invisibles, ils n’auront pas de droits. Pour qu’ils deviennent visibles, il faut une assemblée qui leur donne une voix dans le débat politique. Comme l’a fait, en 1789, le Tiers état en inventant l’Assemblée nationale, il faut inventer l’Assemblée sociale. Il ne servirait à pas grand-chose d’allonger la liste des droits sociaux si n’était créée une assemblée qui en soit l’instrument normatif. Ce n’est pas d’une Sixième République dont la France a besoin qui donnerait un peu moins de pouvoir au président, un peu plus au Parlement. C’est d’une démocratie continue qui reconnaisse aux figures plurielles du citoyen la capacité permanente et donc institutionnalisée d’intervenir dans la fabrication du bien commun.
Par Dominique Rousseau, professeur à l’École de droit de la Sorbonne, Paris-I.
 

1 commentaire:

  1. Svp aidez la france..rééduquons nous vite.....soyons à jour tous unis.Il est prédit une époque de grande ignorance sur terre où les méchants ne comprendrons rien à ce qui se passe et où d'autres auront une connaissance exponentielle. ....soyez de ces derniers...vous aurez été avertis .....

    http://laveritenevouplairapa.my-free.website/french-elite-censured

    RépondreSupprimer